Pressions sur les milieux

Qu’est ce qu’une pression ?

Une pression se définit comme étant la traduction de l’exercice d’une activité humaine qui peut avoir une incidence sur les milieux aquatiques. Il peut s’agir de rejets, prélèvements d’eau, artificialisation des milieux aquatiques, capture de pêche...

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Directive cadre sur l’eau (DCE), la notion de « Pressions sur les milieux » s’intègre dans le cadre conceptuel du modèle DPSIR (« Driving forces – Pressures – State - Impacts – Responses », soit « Forces motrices ou activités – Pressions à l’origine d’un changement d’état dans l’espace et le temps – Etat qui décrit les milieux – Impacts, conséquences des actions – Réponses ou actions correctives ») utilisé par l’Agence européenne pour l’environnement (voir le schéma ci-dessous).

Les pressions sont considérées comme la description quantitative ou qualitative des émissions et des utilisations de l’eau qui peuvent être la cause possible d’altérations des milieux.

Les pressions générées peuvent être classées selon leur impact sur le milieu aquatique en distinguant celles qui modifient sa qualité, son hydrologie, son hydromorphologie ou sa biologie.

Elles peuvent également être classées selon qu’elles agissent directement sur le milieu aquatique (rejets ponctuels ou diffus, pollutions et prélévements) ou indirectement (usages des sols, altérations hydromorphologiques…)

L’étude des pressions permet de limiter les impacts sur l’environnement et les nuisances, de mieux gérer les ressources et de protéger le cadre de vie.

Dans le cadre de la DCE, une caractérisation des grands bassins hydrographiques français a été effectuée en 2004. Une synthèse de ces états des lieux a été rédigée et présente les principales pressions impactant les masses d’eau en France. Une actualisation de cette caractérisation sera effectuée et rapportée à la commission européenne en 2013.