Situation Générale du 14 mai 2014

 

Dans la continuité du mois de mars, le mois d’avril 2014 a été un mois sec, voire très sec sur la moitié est, et doux sur l’ensemble du pays. En moyenne sur la France, les précipitations n’ont représenté que 70 % de la normale. Elles ont même été inférieures à 25 % de la normale en Champagne-Ardenne, Lorraine et Provence. Les cumuls mensuels de précipitation y sont donc exceptionnellement faibles, avec le plus souvent entre 1 et 5 jours de pluie seulement. Sur l’Hérault, le cumul de précipitation depuis le début de la période de recharge (septembre 2013) représente à peine 60 % de la normale.

En moyenne sur la France et sur l’ensemble du mois, la température a été supérieure de 1,9 °C à la normale. Dans le Nord-Est, la température moyenne a été le plus souvent supérieure de plus de 2°C, voire localement de plus de 3°C à la normale. Associées au déficit pluviométrique, ces températures élevées ont contribué à l’assèchement des sols superficiels. Sur le quart nord-est du pays, la sécheresse des sols est la plus sévère pour un mois d’avril depuis 1959.

L’état de remplissage des aquifères n'a pas beaucoup varié depuis le mois dernier. Il affiche, pour la plus grande majorité d’entre eux (76%), des valeurs égales ou supérieures à la normale en cette fin avril 2014 avec une forte majorité des points de suivi qui affiche un niveau en baisse (65%). Cette situation est assez normale pour la saison. La situation des nappes au 1er mai traduit assez clairement la fin de la période de bascule entre recharge et baisse des niveaux. Le passage progressif vers une baisse généralisée des niveaux est acté.

 

 

 

precipitation
precipitations_eff
sol
hydraulicite

Précipitations

Précipitations
efficaces

Eau dans
le sol

Barrages
Réservoirs

debit
hydraulicite
debit
neige

Nappes

Hydraulicité

Débits

Neige

 

Télécharger l'ensemble du bulletin au format PDF