Situation Générale du 17 mai 2017

 

La situation nationale est contrastée.

Les passages pluvieux ont été quasi absents en avril hormis en tout début et toute fin de mois. Ainsi, la pluviométrie du mois d’avril a été déficitaire sur l’ensemble du pays. En moyenne sur la France, le déficit pluviométrique a été supérieur à 50 %. Les cumuls ont été extrêmement faibles le long des frontières du nord et du nord-est. Le déficit des précipitations cumulées depuis septembre reste le plus souvent supérieur à 25 % sur la moitié nord du pays. Au sud, il s’accentue des Landes à l’ouest de l’Aude, tandis que de l’Hérault, les Cévennes, le sud des Alpes à la Haute-Corse la pluviométrie est quasi-normale.

Suite aux faibles précipitations du mois d’avril et aux températures élevées du début du mois, la sécheresse des sols s’est généralisée. Les écoulements des rivières sont plutôt faibles : 27% des stations hydrométriques présentent des débits minimums correspondant à des valeurs inférieures à la fréquence décennale sèche et 90% sont inférieures à la médiane.

Le niveau des nappes est hétérogène d’une région à l’autre. Les deux tiers des nappes (67%) affichent un niveau inférieur à la moyenne. Seuls quelques rares secteurs, est et sud du bassin parisien et amont du bassin Adour-Garonne ainsi qu’une partie du pourtour méditerranéen, présentent des niveaux autour de la moyenne voire modérément hauts. En cette fin de période de recharge hivernale, près des deux-tiers des points (59%) sont désormais orientés à la baisse.

Au 17 mai, 12 départements ont mis en œuvre des arrêtés de restrictions des usages de l’eau. Ceci est comparable aux années 2011 et 2012 à la même date, mais supérieure aux années 2015 et 2016.

 

precipitation
precipitations_eff
sol

Précipitations

Précipitations
efficaces

Eau dans
le sol

Hydraulicité

debit
hydraulicite
nappes
neige

Débits

Barrages
Réservoirs

Nappes Neige

 

Télécharger l'ensemble du bulletin au format PDF