Précipitations

Cumul mensuel des précipitations en avril 2018


NB : Les cumuls mensuels sont issus de la chaîne de modélisation hydro-météorologique de Météo-France.

Les cumuls de précipitations ont été inférieurs à 75 mm sur une grande partie du pays, notamment sur la moitié nord. On a souvent enregistré moins de 50 mm sur le Grand-Est et le nord d’Auvergne – Rhône-Alpes, voire moins de 30 mm sur l’Alsace. Au nord de la Loire, seuls l’ouest de la Nor-mandie et du Pas-de-Calais ont été bien arrosés. Les cumuls ont parfois dépassé 100 mm sur le Calvados comme à Caen (poste ouvert en 1944) où un record mensuel a été enregistré avec 108.5 mm alors que d’ordinaire on enregistre en moyenne. Au sud de la Loire, les cumuls de pluie, supé-rieurs à 75 mm sur le Cher et la côte des Landes, ont souvent dépassé 100 mm sur la Creuse, la Haute-Vienne, la Dordogne et la Corrèze ainsi que le long des Pyrénées, sur le sud du Massif cen-tral et le pourtour méditerranéen. On a enregistré plus de 250 mm sur le nord de l’Hérault et sur les Cévennes et ponctuellement des cumuls supérieurs comme 304.5 mm à Barnas (Ardèche) et 401.9 mm à Castanet-le-Haut. En Corse, les cumuls n’ont dépassé 75 mm que sur le relief.

Rapport à la normale du cumul mensuel des précipitations en avril 2018


NB : L’indicateur visualisé sur la carte est le rapport des précipitations du mois écoulé à la normale des précipitations du même mois sur la période de référence (1981-2010). L’ensemble de ces données est issu de la chaîne hydro-météorologique de Météo-France.

La pluviométrie a souvent été proche de la normale sur la moitié ouest de l’Hexagone, excepté près des côtes sur le Nord-Ouest. L’excédent pluviométrique a généralement été supérieur à 25 % sur l’ouest des Hauts-de-France et de la Normandie, dépassant 50 % sur le Calvados et le littoral de la Seine-Maritime. En revanche, les pluies ont été déficitaires de 25 à 50 % sur la pointe bretonne et le sud de la Bretagne ainsi que plus localement sur la Nouvelle-Aquitaine. Sur la moitié est, les précipitations ont été très contrastées. Elles ont été le plus souvent déficitaires de plus de 25 % du Grand-Est au nord d’Auvergne – Rhône-Alpes et en Corse, voire de plus de 50 % sur le Jura ainsi que du Rhône et de l’Isère à la Haute-Savoie. À l’inverse, sur le pourtour méditerranéen, très arrosé, l’excédent, généralement supérieur à 25 % a souvent dépassé 50 %. Des Pyrénées-Orientales aux Cévennes, les cumuls ont atteint deux à trois fois la normale.

Cumul des précipitations en avril 2018 depuis le début de l’année hydrologique


NB : L’indicateur visualisé sur la carte est le rapport du cumul des précipitations depuis le début de l’année hydrologique (1er septembre) à la normale inter-annuelle des précipitations de la même période sur la période de référence (1981-2010). L’ensemble de ces données est issu de la chaîne hydro-météorologique de Météo-France.

Le cumul de précipitations depuis le début de l’année hydrologique est conforme à la normale de la Bretagne au nord de la Nouvelle-Aquitaine, sur une grande partie de l’Occitanie, l’est de la région PACA et le Haut-Rhin, ainsi que sur la Corse hormis sur le relief. Sur le reste du pays, la pluviométrie reste excédentaire de plus de 10 %. L’excédent est encore souvent compris entre 25 et 50 % de la Normandie à la Haute-Marne et à la Côte d’Or ainsi que plus localement sur le nord de la Bretagne, le Bas-Rhin, le Cher, la Dordogne, les Pyrénées-Atlantiques, l’Ariège et le long de la côte aquitaine. En revanche, le cumul pluviométrique reste déficitaire de 10 à 25 % le long de la vallée du Rhône et sur l’ouest de la Provence.

Sur le Web
Méteo-France