Eau dans le sol

Indice d’humidité des sols en mai 2018


NB : L’indice d’humidité des sols est issu de la chaîne hydro-météorologique de Météo-France.

Au 1er juin, les sols superficiels sont souvent saturés sur la moitié sud du pays. En revanche, la faible pluviométrie associée à un ensoleillement très généreux a contribué à un assèchement des sols sur le quart nord-ouest. Les sols superficiels sont notamment particulièrement secs sur les Pays de la Loire ainsi que dans l’Aisne et la Marne.

Ecart à la normale de l’indice d’humidité des sols en mai 2018


NB : L’écart à la moyenne sur la période 1981-2010 pour la même date permet de faire une estimation de l’écart à des conditions de référence.

L’humidité des sols est au 1er juin légèrement déficitaire sur les régions les moins arrosées mais les plus ensoleillées, de la Bretagne au Cotentin et à la Vendée et plus localement du Grand-Est au nord des Alpes. Les sols sont restés généralement très humides, avec un excédent compris entre 20 et 40 % sur le Sud ainsi que du Nord et du Pas-de-Calais à l’Île-de-France et au Loiret.

Indicateur de la sécheresse des sols en mai 2018


NB : L’indicateur de la sécheresse des sols est calculé à partir de l’indice d’humidité des sols moyenné sur 3 mois. Cet indice de probabilité permet un classement des sols (d’extrêmement sec à extrêmement humide) par rapport aux 3 mêmes mois sur la période de référence 1981-2010.

Encore localement humide sur la façade ouest, les sols superficiels se sont asséchés sur une très grande superficie de l’Hexagone. L’indicateur sécheresse est ainsi proche de la normale sur la quasi-totalité du pays. Suite aux précipitations abondantes de ce mois de mai sur le Languedoc-Roussillon, l’Ardèche, la Corse et la Provence, les sols se sont humidifiés, de façon remarquable sur l’Hérault et l’ouest du Gard. En revanche, localement dans le Bas-Rhin, la faible pluviométrie sur les 3 mois associée aux températures élevées a entraîné un assèchement des sols superficiels.
D’autre part, sur les Alpes centrales, le manteau neigeux qui perdure retarde l’humidification des sols. Ce manteau neigeux s’était constitué en début d’hiver sur des sols particulièrement secs.

Sur le Web
Méteo-France