Précipitations

Cumul mensuel des précipitations en mai 2018


NB : Les cumuls mensuels sont issus de la chaîne de modélisation hydro-météorologique de Météo-France.

Les cumuls de précipitations ont généralement été inférieurs à 75 mm sur le quart nord-ouest du pays. On a souvent enregistré moins de 50 mm de la Vendée à la Bretagne et aux Pays de la Loire, et seulement entre 20 et 30 mm en Loire-Atlantique et Ille-et-Vilaine. Sur le Nord-Est, la pluviométrie a été comprise entre 75 et 150 mm, localement plus du Jura aux contreforts des Vosges. La moitié sud du pays a été plus arrosée avec des cumuls le plus souvent supérieurs à 100 mm en Corse, Occitanie et Auvergne - Rhône-Alpes ainsi que plus localement en Provence - Alpes - Côte d’Azur et Nouvelle-Aquitaine. Ils ont même été compris entre 150 et 250 mm sur le sud du Massif central et le piémont pyrénéen.

La pluviométrie a ainsi été inhabituelle en mai 2018 avec des pluies généralement plus fréquentes et plus abondantes sur la moitié sud du pays que sur la moitié nord. Le nombre de jours et le cumul de pluie ont atteint respectivement seulement 4 jours et 34.7 mm à Châteauroux (Indre), 6 jours et 80.3 mm à Paris ou 9 jours et 46 mm à Brest (Finistère). En revanche, plus au sud, il a plu 13 jours avec 97.8 mm à Nîmes (Gard) et 112.6 mm à Aix-en-Provence (Bouches-de-Rhône).

Rapport à la normale du cumul mensuel des précipitations en mai 2018


NB : L’indicateur visualisé sur la carte est le rapport des précipitations du mois écoulé à la normale des précipitations du même mois sur la période de référence (1981-2010). L’ensemble de ces données est issu de la chaîne hydro-météorologique de Météo-France.

Les précipitations ont été très excédentaires sur l’arc méditerranéen et la Corse avec des cumuls dépassant souvent une fois et demie la normale. La pluviométrie a toutefois été généralement proche de la normale des Alpes-Maritimes aux Hautes-Alpes. Sur la moitié nord, les cumuls de pluie ont souvent atteint une fois et demie la normale du Nord et du Pas-de-Calais à la région parisienne. L’excédent a localement dépassé 25 % dans le Grand-Est. La pluviométrie a en revanche été déficitaire sur le Cotentin, la Bretagne, les Pays de la Loire et le Centre-Val de Loire. Sur le reste du pays, la pluviométrie a été très hétérogène suite à de nombreux orages en fin de mois.

Cumul des précipitations en mai 2018 depuis le début de l’année hydrologique


NB : L’indicateur visualisé sur la carte est le rapport du cumul des précipitations depuis le début de l’année hydrologique (1er septembre) à la normale inter-annuelle des précipitations de la même période sur la période de référence (1981-2010). L’ensemble de ces données est issu de la chaîne hydro-météorologique de Météo-France.

Le cumul de précipitations depuis le début de l’année hydrologique est conforme à la normale de la Bretagne au nord de la Nouvelle-Aquitaine, sur une grande partie de l’Occitanie, l’est de la région PACA et le Haut-Rhin, ainsi que sur la Corse hormis sur le relief. Sur le reste du pays, la pluviométrie reste excédentaire de plus de 10 %. L’excédent est encore souvent compris entre 25 et 50 % de la Normandie à la Haute-Marne et à la Côte d’Or ainsi que plus localement sur le nord de la Bretagne, le Bas-Rhin, le Cher, la Dordogne, les Pyrénées-Atlantiques, l’Ariège et le long de la côte aquitaine. En revanche, le cumul pluviométrique reste déficitaire de 10 à 25 % le long de la vallée du Rhône et sur l’ouest de la Provence.

Sur le Web
Méteo-France