Vous êtes ici :

Flore

Documents
Sur le Web

La diversité floristique des milieux aquatiques :

Les espèces végétales hygrophiles (ou hygrophytes) sont des végétaux qui affectionnent les milieux humides. On distingue deux types d’hygrophytes :

- les hydrophytes : ce sont des végétaux aquatiques qui vivent complètement immergés dans l’eau. Ils peuvent être fixés ou libres.
- les hélophytes : ce sont des végétaux semi-aquatiques qui se développent dans des substrats vaseux ou gorgés d’eau mais dont les feuilles sont émergées au moins en partie : dans les marécages, sur les berges, dans les fonds de fossés...

Par ailleurs, les végétaux qui sont adaptés à des milieux plus ou moins salés sont des halophytes.

En fonction des conditions du milieu, les espèces rencontrées sont très différentes : la ripisylve est plutôt composée d’arbres et d’arbustes (aulne, saule ...), la rive plutôt d’herbacés (iris, joncs, carex...) et les pleines eaux d’herbacés (renoncules, nénuphars, lentilles d’eau...) et d’algues.

Les algues sont des êtres vivants capables de photosynthèse dont le cycle de vie se déroule généralement en milieu aquatique. Elles sont souvent la base des réseaux trophiques des milieux aquatiques d’eaux douces, saumâtres et marines.

La flore observée dans le cadre de la DCE

Parmi les éléments biologiques évalués dans le cadre de la directive cadre sur l’eau, trois concernent directement la flore :

- le phytoplancton qui est constitué de l’ensemble des algues microscopiques
- les macrophytes (angiospermes, briophytes, ptéridophytes et macro-algues)
- les diatomées sont des microalgues unicellulaires planctoniques

Ces éléments sont évalués par le biais d’indices, comme par exemple :
- IBMR (Indice biologique macrophytique en rivière)
- IBD (Indice biologique diatomées)