Vous êtes ici :

Milieux humides

Chiffres-cl�s
Documents
Sur le Web

Le terme « zone humide » apparaît pour la première fois dans les années 60 comme objet de préoccupation des naturalistes, et plus précisément des ornithologues. L’époque est en effet au drainage des marais, à la « rectification » des cours d’eau et à l’exploitation de la tourbe. Les zones humides seront les premiers milieux naturels à faire l’objet d’une convention de protection (Ramsar, 1971), que la France ratifiera en 1986.

 

Vingt ans plus tard, la loi sur l’Eau de 1992 précisera le cadre juridique de ces milieux naturels. Dans chaque bassin ou sous bassin hydrographique, les SDAGE et les SAGE mettent en avant la nécessité de préserver et de gérer les zones humides sur le territoire français en raison car elles participent à l’auto-épuration de l’eau, contribuent à l’atténuation de l’effet des crues et au soutien d’étiage et assurent un ensemble de fonctions indispensables à la société (tourisme, loisirs, élevage, production de sel...).

 

Les milieux humides, espaces de transition entre la terre et l’eau, constituent un patrimoine naturel exceptionnel, en raison de leur richesse biologique et des fonctions naturelles qu’elles remplissent. Les milieux humides sont parmi les milieux naturels les plus riches au monde, ils fournissent l’eau et les aliments à d’innombrables espèces de plantes et d’animaux :
- ce sont des milieux de vie remarquables pour leur diversité biologique ;
- ils couvrent 2,4 millions d’hectares et 50 % des espèces d’oiseaux en dépendent (source : ONZH) ;
- ils sont indispensables à la reproduction des batraciens et de certaines espèces de poissons ;
- 30% des espèces végétales remarquables et menacées en France y sont inféodées.

 

On distingue, trois grandes catégories de milieux humides : continentaux, marins et côtiers, et artificiels.

 

Certaines catastrophes climatiques confirment la nécessité de préserver les zones humides qui subsistent et de restaurer celles qui disparaissent afin de redonner vie aux marais, tourbières, vasières et prairies humides.

 

Zones humides Découvrir et s’informer sur les zones humides : www.zones-humides.eaufrance.fr

 


Voir aussi : Observer et évaluer les milieux humides

 

Chiffres-clés

2,4 millions d’hectares
Surface des milieux humides en 2011

En France, en 2011, les zones humides concernent :
- une surface de 2,4 millions d’hectares (surface estimée des 152 zones humides d’intérêt majeur) ;
- 23 sites Ramsar sur les 29 sites de métropole.

Données : SOeS - 2011 / Source : Les milieux naturels protégés dans 152 zones humides, SOeS, 2011

52 %
Part des milieux humides qui se dégradent entre 2000 et 2010

Parmi les 152 zones humides (129 en métropole et 23 en outre-mer) enquêtées entre 2000 et 2010 :
- 52 % se dégradent fortement ou partiellement ;
- 28 % restent stables ;
- 14 % s’améliorent.

Données : Enquête nationale sur les zones humides (SOeS) - 2000-2010 / Source : Etat des zones humides en 2010 et évolution entre 2000 et 2010, SOeS, 2012