Vous êtes ici :

Eau bleue, eau verte

L’eau « bleue » est celle qui s’écoule dans les rivières jusqu’à la mer, celle qui se trouve dans les lacs, qui est captée dans les nappes souterraines, qui est distribuée dans les canalisations, etc. C’est l’eau des ingénieurs, des animaux et des hommes. Il y aussi une autre forme d’eau, celle qui est contenue dans le sol et qui est disponible pour les plantes : l’eau « verte ». La distinction eau bleue / eau verte a été proposée par Falkenberg en 1995.

Quand il pleut, une fraction de l’eau qui atteint le sol contribue à l’eau bleue (par ruissellement superficiel et par percolation vers les nappes d’eau souterraine) : le reste, estimé à 60% du total des précipitations, constitue l’eau verte. L’eau bleue est transformée en eau verte par l’irrigation ; l’eau verte est transformée en eau bleue par le drainage des sols. L’eau bleue peut être transportée, l’eau verte doit être consommée sur place par les plantes. L’eau verte est une ressource majeure, mais encore mal connue et sous-évaluée, pour la production agricole mondiale.