L’eau et la santé

eau et santé

L’eau et la santé

08 avril 2020 -
Eau et santé
Premier élément constitutif du corps humain, l’eau est indispensable à la santé. L’accès à l’eau et à l’assainissement est reconnu par l’Organisation des Nations Unies comme un droit de l’homme. Aujourd’hui de qualité en France notamment, grâce aux infrastructures de potabilisation et d’épuration des eaux usées, l’eau consommée reste un enjeu majeur de santé publique.

1
.
L’eau, essentielle pour une bonne santé

L’eau est un élément central du corps humain, puisqu’elle en est le principal constituant. La quantité d’eau dans le corps humain varie d’une personne à l’autre selon plusieurs facteurs (corpulence, âge et sexe notamment) et représente environ 60% du poids d’un individu.
L’eau est indispensable à l’équilibre de l’organisme. Pour compenser les pertes en eau (via l’urine, la transpiration…), nous nous hydratons à travers l’eau que nous buvons et les aliments que nous mangeons. Pour boire et satisfaire ses besoins d’hygiène, chaque personne a besoin, chaque jour de 20 à 50 litres d’eau.
Si l’eau douce est vitale pour la santé, elle l’est également pour les écosystèmes qui nous fournissent notre alimentation. Le maintien de sa qualité est donc essentiel. Or, l’eau peut être source de risques si elle n’est pas de qualité suffisante ou si certains éléments susceptibles de transmettre des maladies s’y développent.

L’eau du robinet, un des aliments les plus sûrs et les plus contrôlés en France

En France, l’eau potable doit être conforme à la définition qui en est donnée par la directive européenne 98/83/CE de 1998, et doit le rester de l’usine ayant permis sa potabilisation jusqu’au robinet de l’usager.

Des normes garantissent que l’eau puisse être consommée sans risque pour la santé, à court comme à long terme.
A titre d’exemple, en 2017 ce sont plus de 18 millions d’analyses qui ont porté sur 300 000 prélèvements d’eau potable pour en évaluer la qualité. Les résultats indiquent que les normes ont été respectées toute l’année pour 97,8% de la population concernant les paramètres microbiologiques, 92,5% de la population concernant les paramètres “pesticides” et 99,4% pour le paramètre “nitrates”.

En savoir plus sur l’alimentation en eau potable

Eau potable Résultats du contrôle sanitaire de la qualité de l’eau potable en ligne, commune par commune

Les données de qualité de l’eau potable sont accessibles en ligne, commune par commune, sur le site du Ministère en  charge de la santé Qualité de l’eau potable.

Le goût des eaux, Méli Mélo, 2015
L’eau du robinet est-elle différente de l'eau en bouteille ?

2
.
Eau et santé, une histoire ancienne

Dès l’Antiquité, la gestion de l’eau est un enjeu social et économique. Les villes se sont développées avec la maîtrise de l'approvisionnement en eau, notamment via la construction de systèmes hydrauliques d’acheminement de la ressource tels que les aqueducs. Les thermes romains abritent des bains privés ou publics pour permettre aux populations de se laver. A cette époque, ils font partie intégrante de la vie quotidienne urbaine.
 

Vestiges des thermes romains de Lyon, Alorange, 2008
Vestiges des thermes romains de Lyon, Alorange, 2008
Vestiges des thermes romains de Lyon, Alorange, 2008
 

Au Moyen-Âge, l’eau consommée n’est pas de très bonne qualité. Les fontaines se multiplient dans les villes, même si les puits demeurent la principale source d’eau. Le développement de l’artisanat et de la population urbaine entraîne une augmentation des besoins en eau et également des rejets d’eaux usées, ce qui multiplie le risque d’épidémie et de maladie.

C’est au 19ème siècle que la qualité de l’eau devient un enjeu sanitaire fondamental après les épidémies de choléra et la découverte du lien entre la consommation d’eau et les maladies infectieuses. Avec l’industrialisation et l’urbanisation, les infrastructures dédiées à l’eau potable et à l’assainissement se développent. Depuis la fin des années 1980, presque tous les français disposent d’un accès à l’eau potable à leur domicile. Parallèlement, les efforts ont aussi porté sur l’amélioration de la qualité de l’eau dans les milieux naturels : épuration des eaux usées, traitement des rejets industriels, réduction des pollutions agricoles, etc.

En savoir plus sur l’eau potable et l’assainissement.

 

3
.
Les bienfaits de l’eau sur la santé

L’eau peut être source de bienfaits pour la santé, et faire l’objet d’un usage thérapeutique en ce qui concerne les eaux minérales et les eaux thermales.

Une eau minérale répond à une réglementation européenne stricte. Elle provient d’une source souterraine, est microbiologiquement saine et ne doit pas subir de traitement de désinfection. Sa composition en minéraux est stable et correspond à une source précisément identifiée. Six classes d’eaux minérales principales sont distinguées : les eaux sulfurées, les eaux sulfatées, les eaux chlorurées, les eaux bicarbonatées, les eaux chlorobicarbonatées et les eaux oligominérales. Par exemple, les eaux sulfatées ont un effet stimulant sur la digestion. Les propriétés positives des eaux minérales pour la santé sont reconnues par l’Académie de Médecine.

Une eau thermale est une eau prélevée directement à sa source. Elle a des propriétés et des vertus différentes selon sa composition chimique (oligo-éléments, minéraux, etc.). Le thermalisme utilise les eaux thermales pour soigner certaines maladies chroniques ou dégénératives comme les rhumatismes, les affections psychosomatiques, les troubles de l’appareil digestif, etc.

 

Pratiques sportives, santé et eaux de loisirs

Eaux, bien-être et santé se conjuguent également avec sport. En effet, de nombreuses pratiques sportives dépendent de la qualité de l’eau et ont un impact positif sur la santé. La baignade est en France l’activité récréative la plus répandue, qu’elle se pratique en piscine, en site naturel ou en site artificiel (lac, étang, etc.). La qualité de ses eaux de baignade est contrôlée pour réduire les risques microbiologiques et chimiques.