L'eau et les milieux aquatiques

Eau Flickr

Eau

L'eau et les milieux aquatiques

22 octobre 2018 -
Eau et milieux aquatiques
Sur la Terre, l’eau circule en permanence entre plusieurs grands réservoirs sous l’effet de l’évaporation, des précipitations et du ruissellement. Cette ressource vitale au fonctionnement de la planète l'est aussi pour les milieux aquatiques à travers lesquels elle s’écoule. Ce sont des écosystèmes indispensables à la biodiversité et aux êtres humains pour de nombreuses raisons.

1
.
Le grand cycle de l’eau

L’eau existe sous trois états physiques : liquide (océan, mer, pluie), solide (glace, neige, givre) et gazeux (dans l’air). Elle circule et se transforme dans l’atmosphère, à la surface de la Terre et dans le sous-sol, suivant différents processus naturels qui constituent tous ensemble le cycle de l’eau : évaporation, précipitations, ruissellement, infiltration.

Le grand cycle de l'eau

Le grand cycle de l'eau
Le cycle de l’eau © Eau et rivières de Bretagne, 2016

La Terre est recouverte à 70% d’eau. Les mers et les océans sont les plus gros réservoirs et sont constitués d’eau salée. Les rivières, les lacs, les nuages ou les eaux souterraines ne représentent qu'une petite partie du volume d’eau total et sont constitués d’eau douce.

La part d'eau douce sur Terre

La part d'eau douce sur Terre

L’eau, et plus particulièrement l’eau douce, est une ressource naturelle indispensable pour répondre aux besoins vitaux et aux activités des êtres humains.

2
.
Les milieux aquatiques et leur bassin versant

Apportée par les pluies, l’eau s’écoule au travers de différents milieux aquatiques - cours d'eau, lacs, étangs, milieux humides, estuaires ou lagunes - avant de rejoindre l’océan.
L'ensemble du territoire qui collecte l'eau s'écoulant vers ces milieux constitue leur bassin versant. Pour un écosystème donné, c’est donc l’espace au sein duquel tous les écoulements rejoignent cet écosystème.

Les milieux aquatiques et leur bassin versant

Les milieux aquatiques et leur bassin versant

Le bassin versant d’un milieu est déterminé à partir d’un exutoire et délimité par la ligne de partage des eaux : l'eau qui tombe à l'extérieur de cette ligne s'écoule dans un autre bassin versant, vers un autre exutoire.

Les lignes de partage des eaux suivent les points d'altitudes les plus élevées du relief. Elles sont évidentes lorsque le relief est marqué, comme en montagne, mais sont plus difficiles à identifier dans les secteurs de plaine. Les écoulements souterrains dépassent par ailleurs ces frontières de surface : leur prise en compte peut modifier le tracé de ces lignes.

Il y a un nombre indéfini de bassins versants, puisque chaque plan d’eau, chaque ruisseau, chaque torrent, chaque point du territoire, dispose de son propre bassin versant, quelle qu’en soit la taille.

Les frontières des bassins versants sont naturelles et coïncident rarement avec les limites administratives. Ce qui se passe en un point d’un cours d’eau peut avoir des conséquence beaucoup plus loin en aval, même s’il s’agit d’un autre département ou d’un autre pays.

Sandre Mise à disposition du référentiel des données sur l'eau du SIE

BD Carthage est la base de données complète du réseau hydrographique français (cours d’eau et plans d’eau).
Elle est accessible sur le site du Sandre.

3
.
Des milieux aquatiques à connaître et à protéger

Les milieux aquatiques de surface (les cours d’eau, les lacs, etc.) résultent ainsi des interactions entre l’eau qui circule à la surface du globe et le type d’environnement - climat, géologie, végétation - qu’elle rencontre. Chaque milieu est caractérisé par un fonctionnement qui lui est propre, et constitue un écosystème unique incluant les espèces animales et végétales qui y vivent. Tous ces milieux sont en interaction constante avec les eaux souterraines.

Ils fournissent de nombreux services directs et indirects aux êtres humains : nourriture, énergie, loisirs, etc. Leur étude permet de mieux les connaître, à la fois pour garantir leur protection, mais aussi pour pérenniser les usages et services qui en découlent. Ils constituent en outre des réservoirs importants de biodiversité et participent à la continuité écologique, permettant aux espèces de circuler librement entre leurs différents espaces de vie.